Les podcasts ont-ils enfin trouvé un modèle économique ?

À l’heure où iTunes, le logiciel qui les a fait naître, est sur le point de fermer ses portes, les podcasts prennent leur envol et sont en passe de devenir l’un des médias les plus en vogue du monde. Cependant, le chemin est pavé d’embûches et le récent lancement contesté et chaotique de l’application Majelan en témoigne aisément. Alors, les podcasts ont-ils enfin trouvé un modèle économique viable ?

Les podcasts peuvent-ils rapporter de l’argent ?

Aux États-Unis, le podcast est immensément populaire et des producteurs indépendants arrivent à vivre de cette activité. Ils le font principalement grâce au sponsoring et à la publicité. Cependant, c’est nettement plus compliqué en France. D’abord, parce que le podcast est considéré avant tout comme un moyen de rattraper une émission de radio loupée.

Ensuite, il y a aussi le regard de la communauté fidèle qui apprécie souvent très peu l’immersion de la publicité dans un programme qu’ils aiment. Enfin, il y a aussi parce que le financement participatif est nettement moins développé. En plus, beaucoup de contenus peuvent être facilement transformés en podcast et il suffit de savoir convertir facilement une vidéo mkv en mp4 pour avoir tous les podcasts que l’on souhaite.

Résultat, les plateformes de diffusion essayent de se positionner en solution idéale.

Entre créateurs, producteurs et diffuseurs, les frontières sont-elles trop floues ?

L’une des difficultés que rencontre le monde des podcasts pour établir un modèle économique solide et durable, c’est la limite parfois trop floue entre les créateurs, les producteurs et les diffuseurs de contenu. L’application Majelan s’est permise, lors de son lancement, d’agréger les flux RSS d’autres plateformes, proposant ainsi des millions de podcasts indépendants. Les créateurs se sont insurgés contre ces méthodes, revendiquant leur droit de choisir eux-mêmes les plateformes.

Effectivement, les podcasters indépendants ne gagnent pas d’argent avec leurs créations en général, ou alors grâce à un placement de produit en début d’épisode. Or, une plateforme qui récupère le podcast le fait dans le but de vendre des abonnements ou de gagner de l’argent grâce aux publicités dans l’application. Elle gagne donc de l’argent sur le dos d’un créateur et d’un producteur sans leur consentement.

Une économie en plein changement

Cependant, même si la situation est embrouillée et délicate, il ne faut pas faire l’erreur de penser qu’elle n’est pas juste une étape obligatoire avant l’établissement d’un modèle économique stable. Comme dans les années 80 avec l’émergence des radios libres, les podcasts offrent une immense opportunité de création qui finira par s’installer durablement sous une forme ou une autre.

Il est encore trop tôt pour parler de modèle économique stable, mais les tentatives d’y parvenir sont de plus en plus nombreuses et elle finiront bien par mener à l’établissement d’un nouveau mode de consommation, notamment grâce à des contenus créatifs inédits proposés par certaines plateformes qui se rêvent déjà en Netflix du podcast.

Alain V. Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *